Comment soigner spasmophilie

(image : Jose Navarro – Flickr CC)

La spasmophilie est un syndrome qui comporte plusieurs symptômes liés à un état d’anxiété. Il s’exprime par des crises parfois très impressionnantes.

La spasmophilie est une maladie qui se caractérise par une grande anxiété, des palpitations cardiaques, des douleurs musculaires et des troubles du sommeil.

La spasmophilie peut être causée par de nombreux facteurs comme le stress, l’anxiété ou la dépression. Pour en savoir plus sur cette pathologie, nous allons voir dans cet article comment elle se manifeste chez les personnes atteintes et comment elle peut être traitée.

La spasmophilie se traduit par des contractions musculaires involontaires. On distingue deux causes principales : l’une émotionnelle avec une hyperémotivité ou une sensibilité accrue, l’autre organique liée à un problème physique au niveau du système nerveux central.

Les crises peuvent être plus ou moins fortes et provoquer des troubles divers comme des vertiges ou même des syncopes.

La spasmophilie peut vite devenir un handicap au quotidien pour la personne qui en souffre et entraver son bon déroulement de vie. Pour y remédier, il est important dans un premier temps d’effectuer une analyse approfondie en allant consulter son médecin traitant afin qu’il puisse dresser un bilan complet avec les différents examens pratiqués (physiques, biologiques). Ensuite, il convient que le patient prenne conscience que son état n’est pas irréversible et qu’il existe une solution possible sous forme de thérapies comportementales et cognitives (TC) pour venir à bout de cette maladie invalidante

Les symptômes de la spasmophilie

La spasmophilie se définit par plusieurs symptômes liés à l’anxiété. Le premier est l’hyperventilation, c’est-à-dire une accélération du rythme respiratoire. Cela se traduit par une sensation d’oppression, une respiration saccadée et un besoin de trouver de l’air.

Sur le même sujet :  Où acheter vos lentilles de contact ?
Sur le même sujet :  Comment rapidement se muscler ?

Il existe également une tétanie musculaire qui se manifeste par des fourmillements, des engourdissements, des crampes, une contraction intense et douloureuse des muscles entraînant une courbure de la main (« main d’obstétricien ») ou du pied et des difficultés à ouvrir la bouche. La personne ressentira généralement une asthénie (fatigue intense, notamment au réveil), qu’elle soit physique ou intellectuelle.

Une crise de spasmophilie est souvent impressionnante et s’exprime différemment selon les individus : troubles cardiaques (tachycardie, palpitations, douleurs thoraciques), digestifs (spasme intestinal, douleurs abdominales, nausées) ou sensoriels (tremblements, frissons, sueurs froides).

La personne atteinte va ressentir une forte anxiété et parfois même une violente crise de panique. Elle peut entraîner des nausées, vomissements, fatigue extrême avec sensation de perte de connaissance.

Il y a différents symptômes qu’on peut ressentir pendant une crise : on peut avoir les membres tremblants et les doigts blanchissants; cela pourrait provoquer des troubles du rythme cardiaque ; on peut avoir la respiration saccadée et rapide ; ça pourrait être accompagnée d’hypersalivation (salive abondante) ce qui engendre souvent un état dégoûtant voire insoutenable; ce sera suivi bien sûr d’un état d’anxiété extrême; enfin, le pire est à venir: il arrive que le corps présente des convulsions musculaires très douloureuses qui pourront faire tomber la personne atteinte au sol si elle ne reçoit pas immédiatement l’assistance appropriée. Quelques causes possibles de la spasmophilie: – Un stress trop intense – Une hyperactivité physique ou intellectuelle – Des migraines répétitives – Un manque d’oxygène

Les causes de la spasmophilie

Il existe deux types de spasmophilie: La spasmophilie peut être liée à des causes physiques ou psychologiques. Si la cause physique est avérée, les répercussions sur le corps peuvent être importantes et entraîner des symptômes tels que maux de tête, troubles digestifs, douleurs musculaires, difficultés respiratoires… En revanche si les troubles proviennent uniquement du mental, ils sont plus difficiles à détecter.

Sur le même sujet :  Comment soigner une allergie au pollen ?
Sur le même sujet :  Pharmacie des rompois : Une crème fiable ?

Les conséquences sont elles aussi variables: insomnies chroniques, épuisement… Selon des études scientifiques les personnes atteintes d’une forme légère ont une tendance à développer certaines maladies comme le diabète ou l’hypertension artérielle.

Les personnes qui ont les nerfs sensibles sont souvent victimes de spasmophilie. En effet, la contraction musculaire est toujours présente lorsque nous avons des émotions fortes et que nous ressentons du stress. Ce genre de trouble peut être dû à une consommation excessive de caféine ou à un travail trop chronophage. Nous ne pouvons pas contrôler nos émotions donc il faut apprendre à mieux gérer son stress et parvenir à le maîtriser.

Les mécanismes de la spasmophilie sont assez vagues. On pense qu’il s’agit d’une réaction disproportionnée à une situation stressante ou angoissante. Cette peur provoque l’apparition de symptômes qui, eux-mêmes, vont alimenter la peur. C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux.

Une autre hypothèse est que la spasmophilie s’expliquerait par un manque chronique de magnésium et de calcium, qui jouent un rôle dans la contraction musculaire et la transmission de l’influx nerveux. Cela expliquerait l’hyper-excitabilité neuromusculaire.

Les troubles du sommeil, responsables d’asthénie et de neurodystonie, seraient également en cause.

A quel âge peut-on faire des crises de spasmophilie ?

L’âge moyen de survenue chez les femmes est plutôt entre 30 et 40 ans. On constate que la fréquence de la spasmophilie augmente jusqu’à l’âge de 50 ans pour ensuite diminuer avec l’âge puisque cette maladie touche plus la personne âgée qu’une jeune adulte.

  • Les causes sous-jacentes ne sont pas clairement identifiées
  • Lorsque les symptômes deviennent handicapants, il est recommandé d’aller voir un électromyogue

Comment soigner la spasmophilie

La thérapie permet de limiter, voire de supprimer l’apparition des crises. Le type de thérapie le plus utilisé est la thérapie cognitive et comportementale.

Sur le même sujet :  Varices jambes: vous voulez vous en débarrasser?

En cas de crise, il est important de calmer sa respiration, en respirant dans un sac en papier ou en plastique, par exemple. De même, il est recommandé de penser à autre chose afin de ne pas alimenter le cercle vicieux.

Sur le même sujet :  Mode femme : comment s'habiller à la mode ?

Un traitement médicamenteux à base d’antidépresseurs peut également contribuer à réduire la fréquence des crises. Il faut toutefois faire attention aux effets secondaires et à une éventuelle dépendance.

Conclusion : la spasmophilie en quelques mots

Lorsqu’une personne souffre de cette sorte d’anxiété chronique, le traitement consiste à trouver les causes profondes du problème pour pouvoir y remédier. Pour ce faire, il faut prendre en compte l’âge du patient et son état actuel afin d’y apporter une solution adéquate. Dans ce but, il est conseillé de recourir aux services d’un thérapeute compétent qui sera en mesure de proposer un traitement adapté selon l’âge et l’origine du stress.

La plupart du temps, le patient doit apprendre à gérer son stress afin que celui-ci ne provoque plus le même effet sur son corps. Parfois, il peut aider d’avoir recours à certains produits naturels comme la valériane ou la passiflore, pour faire diminuer les effets négatifs qu’a cette maladie sur notre corps. Cependant, la meilleure solution reste toujours l’utilisation régulière de compléments alimentaires naturels tels que les oméga 3 et 6 ainsi qu’un programme alimentaire complet associant beaucoup de fruits et légumes frais riches en antioxydants, vitamines et minéraux.

En conclusion, la spasmophilie est une maladie psychosomatique qui peut être traitée par l’hypnose. Cette méthode permet de retrouver un état de détente et de bien-être, ce qui entraîne une réduction des symptômes physiques (palpitation, douleurs musculaires…) et des troubles du comportement (irritabilité, angoisse…).